Le coaching a-t-il une obligation de moyens ou de résultats ? Cette question fait débat au sein même de la communauté des coachs. Certains considèrent que le seul fait de mettre tous les moyens à disposition du coaché suffit à qualifier l’accompagnement de réussi. D’autres pensent que le coach est, en partie, responsable de l’atteinte, par le coaché, de ses objectifs de coaching.
Chez Talentis, nous faisons partie de la deuxième catégorie et pensons que, à l’instar de plus en plus de professions, le coaching professionnel est soumis à une obligation de résultats.

coaching-obligation-de-moyens-ou-de-résultats

Le coaching a-t-il une obligation de moyens ou de résultats ? Tout est question de culture au départ

Dans les pays anglosaxons, aux Etats-Unis par exemple, on considère que le coaching vise à atteindre des résultats mesurables. Cela s’explique par le fait que, dans ce pays, le coaching s’inspire au départ du coaching sportif. Dans le sport, pas de discussion possible, l’objectif est de remporter la compétition. D’où cette dimension très orientée résultats du coaching professionnel dans ce type de pays.

En France le coaching a commencé à se développer au sein des entreprises au début des années 80, porté par des psychologues, des psychothérapeutes, des psychanalystes etc… Ceci est d’ailleurs très spécifique à la France.
Pour cette raison, certains coachs français auront tendance à considérer leur client comme autonome, adulte, et donc détenant lui seul les clés de son développement. « Ni sauveur, ni persécuteur », tel est le slogan souvent entendu de la part de coach hexagonaux.

Chez Talentis, nous partageons une partie de ce point de vue. A savoir, considérer que le coach n’est pas là pour « baby sitter » un Talent. Son rôle est d’accompagner de manière efficace la personne pour lui permettre de trouver en lui les ressources pour progresser.

En revanche, nous sommes convaincus qu’en tant que professionnels du coaching, nous avons l’obligation de nous rapprocher au maximum d’une culture du résultat.

Voyons ce que cela implique.

Passer d’une culture de moyens à une culture de résultats en coaching : valider les intentions de chaque partie prenante.

En matière de coaching professionnel, il y a 3 acteurs présents :

  • L’entreprise qui propose à un manager, un dirigeant ou un groupe de Talents de se faire accompagner
  • La personne accompagnée, le coaché
  • Le coach

Passer d’une culture de moyens à une culture du résultat, ou du moins s’en rapprocher, commence dès le brief. Lorsqu’une entreprise nous contacte, en tant qu’experts du coaching, nous avons le devoir de nous positionner sur les aspects suivants :

  • Le coaching est-il la solution la plus adaptée à la problématique de la personne ?
  • Ce type d’accompagnement est-il compatible avec l’environnement et la réalité de la personne à ce moment-là ?
  • S’agit-il d’une démarche émanant du futur coaché ou de l’entreprise ?

Se poser ces bonnes questions en tant que coachs est déjà une première étape dans l’adoption d’une culture du résultat. Mieux vaut ne pas démarrer de coaching si les intentions ne sont pas claires plutôt que de faire cela en ayant seulement à l’esprit l’aspect financier…

Il s’agira dans un deuxième temps lors du fameux entretien tripartite de revalider les intentions de chaque acteur.

Au moment du démarrage : obligation pour le coach de poser le bon diagnostic pour adresser le bon objectif de coaching.

Un des moments clés d’un coaching se situe au début. Au moment où le coach et son coaché définissent ensemble le ou les objectif(s) de coaching. Le but du coach est d’identifier la bonne situation A (situation de départ) et une situation B (situation d’arrivée souhaitée).

Dans ce processus, le coach est responsable de l’élaboration d’un diagnostic exact. Du bon diagnostic découle la réussite de l’accompagnement. Rien ne sert de coacher quelqu’un sur sa capacité à driver les projets de transformation si sa problématique est son manque d’assertivité.

A (re)lire : 6 clés pour développer son assertivité

Au-delà de la finesse du diagnostic, la réussite d’un coaching dépend de la pertinence des outils utilisés par le coach lors des séances. Il s’agit d’une obligation de moyen mais aussi de résultat. Choisir le bon outil pour adresser la bonne problématique et mettre en place le plan d’actions adapté.

D’où la nécessité pour les coachs de se former en permanence à divers outils, champs théoriques et pratiques en relation avec le coaching professionnel.

Une nécessité de pouvoir mesurer en permanence les résultats du coaching de plus en plus forte

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à vouloir accompagner un grand groupe de Talents en même temps, où qu’ils se trouvent. Cela explique le boom des plateformes de coaching en ligne.

Sur une plateforme comme Click & Coach, une grande partie du développement technique est alloué à l’optimisation permanente du reporting destiné aux Ressources Humaines. Les RH souhaitent pouvoir suivre en direct la consommation des heures de coaching, la satisfaction de leurs Talents, l’atteinte des objectifs…

Pour ce faire, des questions sont posées aux coachés à la fin de leur parcours :

  • Le coach a-t-il été suffisamment challengeant ?
  • A-t-il bien pris en compte la réalité de mon environnement ?
  • A-t-il été à l’écoute de mes problématiques et mes enjeux ?…

Avec l’avènement de ces plateformes, la qualité du coaching, l’atteinte des objectifs sont de plus en plus mis à l’épreuve. Et cela commence à arriver en ce qui concerne le coaching individuel dit « classique ». La culture évolue, chers amis coachs, tenez-vous prêts !