Les 5 dimensions de l’intelligence émotionnelle
22/8/2022
Léa Zolli Durand
Léa Zolli Durand

Les 5 dimensions de l’intelligence émotionnelle

Avec les différentes crises, les différentes réorganisations, nous sommes traversés par des moments de peur, de tristesse, de colère. Les émotions font partie de notre vie, c'est normal, mais la question qui se pose lorsque l’on parle d’intelligence émotionnelle est : comment les émotions viennent-elles influencer notre comportement au travail ?

L'intelligence émotionnelle n'est pas de nier les émotions, ce n'est pas non plus gérer les émotions comme si nous pouvions les mettre dans des cases. Les émotions sont là, elles vivent et c'est normal. Cela fait partie de notre tête, cela fait partie de notre corps, cela fait partie de notre manière d'être. Le sujet avec l'intelligence émotionnelle, c'est : comment ne pas être submergé par nos émotions ? Comment ne pas être dominé par nos émotions ?

Dimension 1 : la perception des émotions

Il y a quatre émotions de base qui sont très connues : la joie, la peur, la tristesse et la colère. On en rajoute quelquefois deux autres qui sont la surprise et le dégoût. La première dimension de l'intelligence émotionnelle, c'est déjà d'être conscient de ces émotions. En être conscient, parce qu'à partir du moment où nous ressentons ces émotions, elles vont impacter notre façon d'être en lien avec les autres. Nous n’allons pas réagir de la même façon en fonction de si nous ressentons de la colère ou de la joie.

Dimension 2 : l’expression émotionnelle

La deuxième dimension de l'intelligence émotionnelle, c'est l'expression des émotions. Être capable d'en parler, être capable de dire : « Aujourd'hui, je suis dans tel état d'esprit, donc je suis très efficace », ou au contraire : « Je suis fatigué et du coup, j'ai besoin de pouvoir me concentrer pour travailler de manière optimale. » C'est tout simple, quelquefois, dire : « Je suis content », exprimer la joie, c'est aussi l'expression de l'intelligence émotionnelle. Donc être capable de parler de ces différentes émotions qui nous traversent : la joie, la peur, la tristesse, la colère, la surprise ou le dégoût.

Dimension 3 : les relations humaines

La troisième dimension de l'intelligence émotionnelle est comment nous allons être en relation les uns avec les autres. L'expression, c'est ce que je dis, mais la relation, il y a ce que je dis, et puis, il y a ce que les autres me disent, et comment j'accueille, comment va-t-on pouvoir être fluide dans nos relations. Parce que nous ressentons des émotions, mais la personne en face de nous aussi, et nous ne sommes pas forcément au même endroit. Comment nous accueillons aussi les émotions ? Comment nous accueillons ce qui se passe pour l'autre, quand nous lui annonçons une nouvelle, une bonne nouvelle, une mauvaise nouvelle ? Comment sommes-nous capables de gérer les relations, la dynamique de l'échange.

Dimension 4 : la prise de décision

La quatrième dimension de l'intelligence émotionnelle, c'est la prise de décision. Selon si nous sommes capables d'aller voir plusieurs personnes, d'écouter ce que les gens nous disent, de dire aussi nos doutes, nos questionnements, et cetera. Cela va favoriser la collecte de bonnes informations. Ça va nous permettre aussi, éventuellement, de gérer les aléas, les doutes, les questionnements que nous pouvons avoir. Cela va faciliter, in fine, la prise de décision.

Dimension 5 : la gestion du stress

Pour finir, mais ce n'est pas un petit sujet : la cinquième dimension de l'intelligence émotionnelle, c'est la gestion du stress. Comment est-ce que nous gérons le stress ? Est-ce que nous sommes abattus par ce stress ? Est-ce que nous sommes capables d'aller chercher des nouvelles solutions, d'aller voir d'autres personnes, de s'appuyer sur notre entourage pour trouver des solutions ? Tout cela fait partie de l'intelligence émotionnelle. La bonne nouvelle c'est que l'intelligence émotionnelle se développe. L'expérience de vie, tout simplement, nous amène à développer notre intelligence émotionnelle. Ce qui est intéressant aussi, c'est que pour la développer, nous allons aller repérer nos forces et nous allons nous appuyer sur nos forces, et cela va créer un cercle vertueux, où en s'appuyant sur nos forces, nous arrivons à développer notre intelligence émotionnelle.

C'est un vaste sujet qui peut encore être développé, mais commencer par maîtriser ces cinq dimensions est le meilleur moyen de maîtriser, à terme, l’intelligence émotionnelle et d’en tirer parti dans le cadre professionnel, mais également personnel.

Recevoir nos livres blancs, invitations aux événements et actualités
Merci, nous avons bien reçu votre demande
Merci de vérifier votre saisie

A vos côtés pour construire un programme sur-mesure

Prenez un moment avec nos consultants pour partager vos besoins et questionnements et nous construirons une offre personnalisée