webleads-tracker

La curation, le nouvel art/outil du manager?

infobésité et management, curation et leadershipSi je vous dis « Twitter » à quoi pensez-vous ? Si vous n’êtes pas un adepte de l’application et de son fonctionnement, il y a de fortes chances que vous me répondiez quelque chose ressemblant à « trop vite », « trop d’infos » et finalement le fameux gros mot du web, l’insulte suprême de notre ère : « infobésité ».

On ne va pas se mentir. Vous auriez (à moitié) raison. Combien sommes-nous à pester contre le nombre d’événements auxquels il faudrait assister pour rester « informé », mieux : « en avance ». Combien d’articles à lire, de podcasts à écouter, de MOOC à essayer pour rester dans le coup ?

Internet est une chose formidable : les outils du web ont permis d’augmenter de manière exponentielle les sources et les moyens. Tout se cherche, tout se trouve. A condition de savoir précisément quoi et d’avoir le temps de le faire.

Alors souvent, on fait confiance à des curateurs, des sources d’informations plus ou moins légitimes, plus ou moins influentes. Les réseaux sociaux ont permis l’émergence d’un nouveau métier/d’une nouvelle compétence. Les curateurs sélectionnent, digèrent et restituent une information à leur audience. Nous sommes tous des curateurs en puissance, mais beaucoup l’ignorent. Or, la curation est un outil d’influence, de pouvoir, voire de manipulation.

Quels enjeux pour l’entreprise et pour le manager la curation revêt-elle ?

Dominique Turcq a très justement consacré le dernier mini-labo de l’institut Boostzone sur le sujet, mardi 2 février 2016.

La curation : l’art d’être un entonnoir

Le mini labo a démarré par une question posée à toutes les tables : quelle définition percevez-vous de la curation ? Certains ont fait très facilement le rapprochement avec « la cure », le fait de prendre soin, du latin curare « prendre soin », d’autres le fait de « curer », nettoyer, racler. Pour ceux qui connaissaient déjà le terme, la définition est celle de la curation de contenus : le fait de sélectionner des articles et de fournir du contenu à une audience. Dominique nous rappelle : 

La curation est humaine, faite par des hommes pour des hommes. Certains sont des professionnels, d’autres non. Mais chacun est de fait un double curateur. Il nous faut plusieurs sources (entonnoir amont) d’où nous tirons nos informations (ceux que nous « suivons », nos « influenceurs »). Et nous avons plusieurs débouchés (entonnoir aval) qui sont ceux qui nous suivent et reçoivent nos contenus (nos « suiveurs », nos « abonnés », nos « destinataires »).

Des managers nécessairement curateurs ? 

La curation n’est donc jamais neutre. Elle permet de faire gagner du temps et de donner de la perspective et du sens, de faire émerger des contenus ignorés, noyés dans la masse de bonnes informations que nous recevons chaque jour.

En ce sens, le manager a un rôle clé dans le tri des informations qu’il envoie à ses équipes et à ses pairs. A quel besoin répond-il ? Quel sens donne-t-il ? Participe-t-il au trop plein d’informations sous lequel se noient ses collaborateurs ? A—t-il bien vérifié ses sources avant de partager ? La curation est désormais un outil de management. Elle permet d’accompagner les personnes, de leur proposer du contenu qui les développe et les enrichit. A condition bien sûr de privilégier la qualité sur la quantité.

La curation est une compétence à part entière. Les collaborateurs bons curateurs apportent également beaucoup de valeur ajoutée à l’entreprise. Il suffit de voir le nombre de métiers issus de la communication et/ou du marketing qui ont évolué : Content Marketer, Knowlege manager…

La nécessaire transformation du management/du leadership

Traditionnellement, le sachant est une personne de pouvoir. Elle exerce son autorité/son influence parce qu’elle sait des choses que les autres ignorent. Mais, et on ne vous apprend sans doute rien, l’accès à l’information qu’ont créé Internet et les nouvelles technologies a renversé ce paradigme. Le pouvoir désormais se partage parce que le management/la hiérarchie ne sont plus les seuls détenteurs de l’information.

La gouvernance de l’information a désormais évolué. L’information se partage, se like, se raconte, se transmet. Le collaborateur lui aussi devient responsable : ce qu’il partage sur les réseaux sociaux, parce qu’il est exposé et « influenceur » de sa communauté, ne peut plus être considéré comme neutre. Ce que chacun décide de partager et de commenter en dit beaucoup sur la personne, sur ses valeurs. Il va en de même pour l’organisation.

La curation interroge la culture d’une organisation, son ouverture, sa confiance envers ses collaborateurs et entre eux.  Elle interroge également ce qui est attendu de toutes les parties prenantes de l’entreprise en matière de transmission d’informations. La curation est un véritable outil de management parce que foncièrement attachée à la notion de confiance. Mais encore faut-il clarifier le rôle individuel de tous lorsqu’il s’agit de partager une information.

Comment faire demain ?

Nous avons conclu ce mini-labo sur une certitude : nous sommes tous responsables de ce que nous « curons ». Quelques questions pour amorcer la réflexion avec lesquelles nous sommes repartis :

  • Envers qui suis-je un curateur?
  • En quoi est-ce que j’apporte de la valeur en triant et synthétisant?
  • Qui sont mes sources les plus importantes et fiables?
  • (Quels outils simples dois-je utiliser?)

Merci à l’institut Boostzone pour cet événement. A l’heure des 40 petits-déjeuners par semaine qui nous sont proposés, il est plaisant de vivre un moment comme celui-ci dont le contenu est aussi qualitatif que les opinions des personnes présentes.

Nous aurons le plaisir de co-animer le 15 mars un labo avec Dominique sur le thème des nouveaux jeux de pouvoir en entreprise. Pour en savoir plus et vous inscrire : http://www.boostzone.fr/events/atelier-du-15-mars-2016-les-nouveaux-jeux-de-pouvoir-dans-lentreprise/

 

 

By | 2017-04-10T17:44:46+00:00 février 9th, 2016|blog, blog_leaders|0 Comments

Leave A Comment

 TELECHARGER MAINTENANT >>
close-link