webleads-tracker

Burnout : comment le prévenir ? Les 4 signes d’alerte

(Retranscription de la vidéo)

Talentis lance aujourd’hui sa nouvelle série : la Minute Coaching, pour répondre de manière très pragmatique à des sujets qui vous questionnent tout au long de votre parcours professionnel.

Le sujet du jour concerne le burnout.
Comment en repérer les signes avant-coureurs avant qu’il ne soit trop tard ?

Ce que je voudrais dire en premier lieu, depuis 15 ans que nous accompagnons des talents, des managers et des dirigeants, c’est que les personnes  susceptibles d’arriver au stade du burnout ne sont pas celles qu’on imagine au départ.

Burnout : Qui est concerné ?

Nous pensons souvent que ce sont des personnes plutôt fatiguées de nature, plutôt stressées de nature, qui ont une constitution un peu faible… pas du tout. Les candidats au burnout dans votre entreprise sont ceux qui ont le plus d’énergie, qui travaillent avec le plus de force et qui ne montrent généralement aucun signe de fatigue.

Si vous faites partie de ces personnes qui sont toujours en énergie maximale, qui ne sentent jamais la fatigue, qui considèrent qu’ils peuvent en faire toujours plus, qui ne mettent jamais de limites ni à leur temps de travail ni à leur temps personnel d’ailleurs.
Si vous travaillez 14 heures par jour, si vous en plus vous participez à des marathons ou vous vous adonnez à trois heures de cuisine, vous êtes probablement candidat à la grosse fatigue.

Partant de là, quels sont les signaux que je dois avoir en tête pour vérifier que je prends bien soin de mon énergie, tout au long de ma carrière professionnelle et que je ne me mette pas en risque, ni de tomber dans un brutal coup de fatigue, ni de tomber en burnout, ni potentiellement de faire une dépression ?

>> Offrez à vos managers et dirigeants la possibilité de gérer leur énergie au quotidien !

Signal n°1 d’un début de burnout : Difficultés à se concentrer.

Vous êtes quelqu’un d’hyper-efficace, d’hyper-engagé et petit à petit vous trouvez que vous avez souvent des pertes de mémoire, des difficultés à vous concentrer, des difficultés à avoir une image claire de ce qu’il faudrait dire ou de ce qu’il faudrait faire. Vous prenez beaucoup de temps à prendre une décision, à réfléchir. Vous vous mettez à lire 10 fois un mail pour en comprendre la substance.
Ceci est un premier signal. Vous avez des difficultés à clarifier vos pensées. Faites-y attention.

Signal n°2 : Impossibilité de prendre du recul.

Vous êtes irrité pour un oui ou pour un non. Une bêtise vous agace. Une bêtise vous irrite. Vous n’arrivez plus à prendre du recul.
Tantôt vous êtes extrêmement calme, tantôt vous êtes extrêmement irritable, mais de petites choses infinitésimales vous agacent de manière plutôt régulière et plutôt décalée par rapport à l’impact du sujet.

Signal n°3 : Impossibilité de se fixer des limites.

Troisième signal, vous n’arrivez plus à vous fixer de limite. Vous ne savez plus ce que vous pouvez accepter et ne pas accepter. Les horaires sont à rallonge. Vous travaillez le soir, vous travaillez le week-end. Vous commencez à regarder vos SMS et vos mails à 6 heures du matin, vous finissez à minuit et cela vous paraît normal.

C’est quand cela vous paraît normal que nous, coachs, sommes très inquiets. Ne plus savoir mettre de limite à son temps et considérer cela normal est visiblement un signe très précurseur du burnout.

Signal n°4 : Perte de confiance en soi.

Quatrième signal, vous voyez les choses en noir. Vous avez l’impression que vous n’en sortirez jamais et vous commencez à penser que vous devenez moins intelligent. Vous commencez à sentir que vous êtes moins efficace, mais en plus vous vous en voulez. Vous arrivez toujours moins à produire de la valeur et vous culpabilisez toujours un peu plus en travaillant toujours un peu plus.

C’est un système infernal dans lequel vous vous sentez à la fois victime et coupable.
Là, le signal est vraiment au rouge. Vous êtes dans un système où il va falloir réagir.

Sans travailler sur la recovery, comme on appelle cela en coaching (capacité à se recentrer), vous allez droit au mur.

Burnout : les signaux en dehors de l’entreprise.

En plus des signaux professionnels dont je viens de vous parler, il est important que j’évoque ce qui se passe hors du champ professionnel.
Les signaux que vos proches, que votre entourage perçoit et que souvent vous avez tendance à totalement nier ou mettre de côté.
Vous êtes beaucoup plus triste que de nature. Vous ne voulez plus faire l’activité que vous adoriez au préalable : courir ; aller nager à la piscine. Vous dites tout le temps que vous êtes fatigué et que vous ne pouvez pas le faire….

A ce moment-là, il est temps de prendre des mesures.

Que faire en cas de tels signes avant-coureurs d’un burnout ?

Ne perdez plus un instant.
Faites deux choses : premièrerement, allez voir un psychiatre, un médecin.
Le burnout, la dépression, la déprime, c’est une maladie. Il n’y a aucune honte à être malade.

Deuxièmement, travaillez sur vous, que ce soit en coaching ou en thérapie.

>> Découvrez les programmes de Talentis pour accompager vos managers et dirigeant dans la gestion de leur énergie dans la durée

Posez-vous, prenez le temps et le soin de vous dire : « Là, il y a quelque chose qui ne va pas. Je tourne en rond. Je dois me faire aider. Je dois prendre ce temps pour y voir plus clair et me remettre dans un système cohérent, clair, limpide. »

Si vous n’y voyez plus clair vous ne pourrez pas y arriver tout seul.

Vraiment, je vous le dis. C’est impossible de se sortir d’une situation telle qu’elle est tout seul.

By | 2018-11-09T12:33:30+00:00 novembre 9th, 2018|blog|0 Comments

Leave A Comment

Intéressé(e) par le Leadership et l'Innovation Managériale des grands groupes ?
Venez vous inspirer !
Chaque mois, Talentis organise un évènement privé
pour s’inspirer, expérimenter et partager autour
des tendances RH du moment.
Oui, je souhaite recevoir les invitations !
Je ne suis pas intéressé(e
close-link