webleads-tracker

Happy Leadership Moment – 21 novembre 2016 – Comment diffuser un esprit entrepreneurial dans les grands groupes ?

Entre un contexte économique toujours plus compétitif et des exigences toujours plus élevées de la part des clients, les grands groupes se retrouvent plus que jamais dans la nécessité d’innover. On a coutume de dire que cette compétence est l’apanage des startups. Si cette assertion est sans doute abusive, il est certain que les grands groupes gagneraient à s’inspirer de ce type de culture pour booster l’innovation.
Par ailleurs, les aspirations des collaborateurs sont elles aussi en train d’évoluer. Agile, flexible, collaborative et équitable, tels sont les adjectifs utilisés par les salariés d’aujourd’hui et de demain pour décrire leur entreprise idéale.
Réinjecter de l’agilité dans les grands groupes pour leur permettre d’attirer et de retenir les talents, et de résorber leur crise de l’innovation. Et s’il s’agissait de la solution ?

Lors de cette soirée du 21 novembre, nous avons reçu Hugues Hansen, DG de Start’inPost, et Paul Poupet, CEO de Seed-Up. L’objectif ? Partager leur expérience et présenter les bonnes pratiques à mettre en place pour développer un esprit entrepreneurial au sein des grands groupes.

Les grandes sociétés challengées par les startups dans la course à l’innovation

« Trois étudiants dans un garage peuvent créer et lancer en quelques semaines une application valorisée actuellement à 15 milliards de dollars ». Hugues Hansen, en citant l’exemple de Snapchat, a parfaitement décrit le challenge que doivent aujourd’hui relever les grands groupes : être aussi, sinon plus, innovantes que ces jeunes pousses aux idées toujours plus fleurissantes. Mission impossible ? Pas tout à fait mais le défi est de taille.
Selon Aude Bohu, Executive Coach et Directrice Associée de Talentis : « Il existe des freins qui ralentissent les organisations dans la course effrénée à l’innovation. La lourdeur des process, les structures hiérarchiques très fortes et très ancrées,  sont autant de bloqueurs au développement d’idées créatives et innovantes au sein de ces sociétés. ». Des éléments bloquants qui n’ont pas seulement une incidence sur la capacité des grands groupes à innover, mais aussi sur la possibilité de ces derniers d’attirer et retenir les talents les plus créatifs

HLM 2111 début

Attirer et développer le potentiel des talents : l’autre défi des grands groupes

47 % des jeunes de la génération Z souhaitent monter leur boîte[1]. Ces chiffres mettent en relief les traits de caractère principaux des jeunes d’aujourd’hui : flexibilité, création, agilité, digital… « Aujourd’hui, on (les jeunes) sait que tout peut aller très vite et tout doit aller très vite » déclare Paul Poupet. « Dès lors que l’on a une idée, il faut qu’on puisse très rapidement la tester, ce qui n’est généralement pas le cas dans la plupart des grands groupes ». Le risque à terme selon Hugues Hansen ? « Voir ces innovateurs de talent aller développer leurs solutions ailleurs ».

Le défi est donc dual pour les grandes entreprises. D’un côté elles doivent attirer, développer et retenir les talents, pour de l’autre, doper leurs performances en termes d’innovation.

Trendy business team meeting in front of desktop

Développer le potentiel créatif des employés au sein des grands groupes, la posture à adopter

La clé pour les organisations pour attirer les talents à l’ADN d’innovateur est de réinjecter de l’agilité, de la rapidité et de la flexibilité dans leurs process. Mais comment bousculer les structures en place, casser les silos historiques qui entravent le développement des idées les plus innovantes ?
« Pour les grands groupes, l’enjeu est de basculer d’une logique à une posture entrepreneuriale. Il s’agit d’un véritable changement de culture à mettre en place tant chez les managers que chez les collaborateurs », déclare Aude Bohu.

Apprendre à s’adapter, accepter l’échec, rechercher le feedback, prendre des risques… voici quelques-unes des 8 compétences du leader-entrepreneur telles que définies par Talentis.

Le rapport à l’échec est fondamental dans la capacité des organisations à développer des produits innovants. Comme le souligne Hughes Hansen : « il ne faut pas hésiter à prendre des décisions qui seront toujours réversibles. Le secret est d’essayer et de parler plutôt de « no go » pour les projets qui ne sont pas lancés, au lieu de parler d’échecs. »
De la même manière, selon Paul Poupet, « les jeunes générations ont besoin de voir leur travail valorisé. C’est une des conditions nécessaires de l’engagement des salariés. D’où l’intérêt d’un changement de posture basée sur la confiance et les encouragements de la part des managers. »

Les modèles pour injecter un esprit entrepreneurial dans les grands groupes

Selon Aude Bohu, il existe 4 modèles principaux. « Chez Talentis, nous avons identifié les 4 principales approches pour booster l’innovation au sein des grands groupes : l’îlot, l’essaimage, l’open-innovation et l’intrapreneuriat. » (Voir l’étude complète).
Les changements de culture d’entreprise ne se font pas en un jour. « Le basculement d’une posture à l’autre passe par l’intégration d’entités externes, ou la création en interne de business units articulées autour d’un projet », avance Hugues Hansen. L’objectif ? Tester le plus rapidement possible le maximum de solutions innovantes.
Mais où aller chercher les entités externes qui viendront bousculer l’ordre établi dans les grands groupes ?
« Nous avons inventé le concept des Hackers Houses », explique Paul Poupet. «  L’idée est de rassembler dans un même endroit, les talents qui veulent mettre rapidement à l’épreuve leurs idées innovantes. C’est une véritable source d’inspiration pour les grands groupes qui peuvent organiser des learning expeditions pour s’inspirer de notre fonctionnement, voire même recruter certains de nos meilleurs talents. »

Notons que d’autres initiatives sont possibles pour les sociétés qui souhaiteraient développer leurs compétences en matière d’innovation : hackatons, séminaires, formations, mécénat…
Selon Aude Bohu, l’objectif est de « créer les conditions de la mise en mouvement créative de chaque collaborateur de l’entreprise ».
Talentis a pris la mesure de la crise de l’engagement et de l’innovation qui touche les grands groupes. « Nous proposons d’accompagner les organisations à développer au sein de leurs équipes, les 8 compétences du leader entrepreneur », explique Valérie Rocoplan, CEO de Talentis. « Accepter l’erreur, systématiser le feedback, développer une posture d’apprentissage… sont autant de thèmes que nous développons avec nos clients pour remettre l’innovation au centre de leur stratégie ».


By | 2017-04-14T15:45:45+00:00 novembre 21st, 2016|blog, évènements passés|0 Comments

Leave A Comment

- NE MANQUEZ PAS NOTRE LIVRE BLANC -
Tout savoir sur le Coaching en Ligne...
livre-blanc-talentis-coaching-digital
 TELECHARGER MAINTENANT >>
close-link